Accueil > Blog > Mathieu Vidard : Comment j’ai découvert Ma thèse en 180 secondes

mercredi 18 mai 2016, par Admin

Mathieu Vidard : Comment j’ai découvert Ma thèse en 180 secondes

Mai 2012. L’équipe de la Tête au carré débarque à Montréal à l’occasion du 80 ème congrès de l’Acfas. Nous sommes invités à passer une semaine au cœur de la plus importante rencontre scientifique multidisciplinaire de la francophonie.

Avant d’arriver avec l’équipe nous préparons depuis Paris, les sujets que nous allons traiter sur place pour le direct de France Inter. Le programme du congrès nous laisse l’embarras du choix puisque 5 000 scientifiques sont attendus pour présenter leurs travaux de recherche.
Nous passons donc en revue les différentes thématiques afin de sélectionner les conférences qui nous semblent les plus intéressantes et les plus originales pour les auditeurs français.

Rapidement, nous sommes intrigués par un concours "Ma thèse en 180 secondes » qui est organisé pendant le congrès et pour la première fois sur le sol Canadien.

Nous découvrons le principe de cette présentation de travaux de thèse en seulement 3 minutes. Déjà sur le papier, l’idée nous sommes lumineuse et réjouissante.
Nous pressentons un temps fort du congrès et sommes très curieux de découvrir sur scène les présentations des thésards québécois.

Une fois arrivé à Montréal, MT180 suscite déjà un intérêt très fort de la part de tous ceux qui arpentent les allées du palais des Congrès.
Le jour J arrive. Dans la salle électrisée ont été distribués des clap-clap multicolores. L’ambiance est totalement survoltée. Un animateur de la télévision québécoise présente les candidats les uns après les autres en invitant le public à manifester son enthousiasme et son soutien. C’est de la folie !
A chaque passage des thésards, le public se fait entendre bruyamment.
Je suis sidéré non seulement par l’énergie qui se dégage dans la salle mais surtout par le niveau des candidats. Chacun d’entre eux, malgré le trac parfois visible, parvient à nous captiver en faisant de leur présentation un véritable moment de stand up.

Je trouve l’idée formidable. Parvenir à parler de la science tout en distrayant le public, c’est une véritable gageure.

Pour sa première édition MT180 ne passe pas inaperçu. Les médias québécois s’en sont fait un large écho et le concours est devenu le moment phare de la semaine. Tout le monde en parle et avec Esther Gaudreault de l’ACFAS l’idée germe immédiatement de pouvoir exporter MT180 en France. Portés par l’enthousiasme et la conviction que ce concours remportait le même succès en France, nos amis Québécois ont mis toute leur énergie pour que notre pays l’organise à son tour. Je suis très heureux que MT180 ait pris une telle ampleur. Il représente ce qui se fait de mieux aujourd’hui en matière de popularisation de la science. L’aventure ne fait d’ailleurs que commencer et je pressens déjà qu’elle va faire encore boule de neige dans les années qui viennent avec de nouvelles formes pour la diffuser à une encore plus large échelle.
Bordeaux 2016 : à vous les thésards !

Nous suivre